la une

les anciens membres

 

Serge Amaudruz: piano

Après mes études de piano au Conservatoire de Lausanne, dans les années 50, j’ai très vite préféré la variété. Orchestres de danse, accompagnement de solistes et groupes vocaux, cabaret vaudois et enfin le Big band Eagle’s Variety a été la cerise sur le gâteau. Malheureusement, des ennuis de santé sont venus perturber mon plaisir et j’ai préféré fermer cette page magnifique avant qu’elle ne soit trop abîmée.

 

 

Gilles André (dit Gillou): sax alto, clarinette

J’ai commencé la clarinette à l’âge de 9 ans lorsque mon père m’a fait découvrir le film et surtout la musique de Glenn Miller. Je regardais le clarinettiste de son orchestre avec des yeux pleins d’envie et de rêve. Aujourd’hui avec les arrangements de notre directeur, c’est un réel plaisir de jouer dans cet ensemble. La richesse des harmonies et leurs couleurs demandent une saine et riche complicité entre musiciens. J’apprécie énormément cela!

 

 

Patrick Badoud: basse

Dernier arrivé dans l’équipe, je viens ajouter des basses à l’ensemble! L’amitié et la qualité musicale résonnent dans ce groupe et je m’y plais donc bien. La musique est ici une question de plaisir!

 

 

Carole Bugnard: chanteuse

« Ce n’est pas tant le chant qui est sacré, c’est le lien qu’il crée entre les êtres. »

(Philippe Barraqué)

 

 

Guillaume Cottet: percussions

Depuis tout petit, poêles à frire, crayons, couvercles et bidons, tout était bon pour inventer des sons. Mes mains s’en souviennent, les casseroles aussi! Aujourd’hui, c’est un plaisir de vous offrir ma passion. Je m’éclate toujours derrière mes percussions!

 

 

Nicolas Cottet: trompette, chant

J’apprécie tout ce qui peut faire ou donner du plaisir, la musique, le bon vin, un bon repas, passer du bon temps avec des amis, etc. Il m’arrive également quelquefois de ronchonner, mais toujours pour la bonne cause, des câbles mal enroulés, un coup de vent, un mot croisé non résolu… des trucs essentiels de la vie…

 

 

Alain Hornung: piano

2001 l’odyssé du Jazz… C’est effectivement en 2001, à 17 ans, que j’ai rejoint le nid des aigles. J’officiais en ce temps-là à la percussion, puis 2 ans plus tard au piano. Après maintes aventures avec cette équipe, j’ai dû faire des choix et des projets personnels m’ont fait quitter le nid… Mais c’est avec un énorme plaisir que je reviens parmi eux 10 ans plus tard. À nouveau au piano, qui n’est pas mon instrument, mais avec un très beau challenge musical pour moi, et entouré d’amis de longue date. Ça devrait donc bien se passer!

 

 

Pierre Koestinger: basse

Je suis devenu bassiste un peu par hasard il y a quelques années. Je buvais un pot avec des amis (on avait alors à peine trois poils au menton, même moi!) lorsque l’un d’eux lance: « Et si on montait un groupe? » L’esprit déjà embrumé par le Coca Cola, l’équipe se répartit les rôles: la batterie, la guitare, le piano… Et là, je ne sais plus si j’étais au petit coin ou ailleurs, toujours est-il que lorsque je rejoins la table, les regards se tournent vers moi en m’interrogeant: la basse? C’est comme ça que je me suis mis à gratouiller cette guitare à quatre cordes. Non seulement j’ai aimé ça, mais j’ai persévéré en suivant des cours au conservatoire. Plus tard, ma route a croisé celle des aigles, et c’est toujours un plaisir de jouer ces belles notes basses de l’été indien de Dassin, du Medley Abba ou de la panthère rose. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses.

Michel Meyer (dit Neness)

« Les écrivains sont des gens charmants, mais pas très donnants; tout ce qu’ils savent, il en font rarement profiter les autres; la plupart d’entre eux le gardent dans les pages de leurs livres. Les savants pourraient être d’agréables compagnons, mais leur simple présence dans un salon paralyse l’esprit de tout le monde. Les peintres sont assommants parce que la plupart d’entre eux voudraient vous faire croire qu’ils sont philosophes plus que peintres. (…) Mais je crois que ce sont les musiciens dans l’ensemble qui sont les plus faciles à vivre. Il n’y a rien d’aussi chaud et d’aussi émouvant que le spectacle d’un orchestre symphonique. Les petites lumières romantiques sur les pupitres, les instruments qui s’accordent, puis le brusque silence lorsque le chef d’orchestre fait son entrée, tout cela donne une impression d’harmonie, de coopération. » (Charlie Chaplin)

 
+Roby Seidel: direction et composition; sax soprano, alto et ténor

Musicien depuis fort longtemps dans des domaines aussi variés et divers qu’éclectiques, voire étonnants et même déroutants parfois… Ce Victor Hugo du fox-trot et, pourquoi pas, Ernest Hemingway du boogie-woogie se démène devant ce groupe de musiciens, s’agite devant cette palette d’artistes, gesticule encore allègrement devant cet éventail d’instrumentistes, mais par-dessus tout a beaucoup de plaisir devant cet aréopage d’amis et amies, et cela en s’efforçant de conserver une attitude bonhomme, bienveillante, compréhensive et humble (!!!). À ce propos, rappelons-nous le titre d’une de ses compositions: « My tailor is not rich… » C’est tout dire!

 

 

Thomas Florin: direction (2014-2017)

Pianiste, trompettiste, arrangeur et compositeur genevois (pour les amateurs, il joue également du cor des alpes). Titulaire d’un master en composition jazz de la Haute École de Musique à Lausanne, c’est à l’AMR (l’association pour l’encouragement à la musique improvisée) à Genève qu’il découvre le jazz dans les ateliers de Stéphane Métraux. Se produisant régulièrement au sein de diverses formations, il a déjà eu l’occasion de partager la scène avec des artistes comme Matthieu Michel, René Mosele ou Philippe Sellam. Éprouvant un intérêt particulier pour la composition et l’arrangement à destination de grands ensembles, Thomas fait ses armes en écrivant pour le big band de Divonne et la fanfare municipale de Vernier. Il a en outre déjà composé des pièces de styles différents, notamment pour le spectacle Imaginason (en partenariat avec la Cinémathèque suisse), la soirée « Chaplin en film et musique » au Montreux Jazz Festival en 2012, et a participé à l’élaboration d’un spectacle « Starmania » pour chœur.